Du “mauvais” temps

Il est vrai qu’un paysage ensoleillé est naturellement attirant… on ne peut qu’aimer une beauté évidente, consensuelle, qui appelle à être admirée et montrée. La carte postale en est l’emblématique exemple… qui oserait en proposer avec un paysage pluvieux ?
Mais, pour moi, il est tout aussi satisfaisant d’obtenir une belle photo par temps nuageux et tourmenté, cette météo qui donne envie de rester à la maison, pelotonné près de la cheminée.
J’aime les lumières difficiles, celles qui se perçoivent à force d’attention.
Je préfère la délicatesse d’un rideau de pluie à la monotonie d’un ciel bleu.

Alors oui, je suis de plus en plus une photographe du “mauvais” temps .

Mon bonheur de photographe : être la tête levée au ciel, admirative de ses volutes… guettant ses délestages… scrutant ce qu’il cache et découvre… et parfois, il me récompense d’un rayon de soleil.

Clair Obscur, travail de portrait

Le portrait et moi

Alors, il faut l’avouer, ce genre photographique ne m’est pas naturel. La photographie de paysage est mon véritable amour photographique, surtout lorsqu’il s’agit de capter de belles lumières…
Il m’a été longtemps difficile de prendre les gens en photo, surtout car pudeur et aussi par timidité. J’avais toujours cette sensation étrange de déranger, d’entrer dans l’intimité des personnes sans y être invitée.
Aujourd’hui, cela va mieux… Mon travail de photographe professionnelle m’a évidemment beaucoup aidée, étant forcément amenée à réaliser des portraits. 
Si ma réticence naturelle est toujours là, je sais à présent la surmonter. Je commence à trouver véritablement du plaisir à photographier une personne. Car après tout, il s’agit de rencontrer l’autre !

La photographie de studio

Au premier abord, la photo de studio fait peur, car elle est très technique… sans parler de l’investissement matériel qui est plutôt lourd et onéreux. 
Une fois dépassé ce frein là, et m’être formée sur l’utilisation, j’ai découvert un univers fascinant, et réalisé combien les possibilités en sont infinies.
Quand on aime autant le travail de la lumière que moi, quel bonheur de réaliser combien le studio permet tout, et qu’il est possible de créer de splendides atmosphères.
Bon, je n’en suis qu’au début de mes recherches… mais voici un petit exemple de mon travail :

Ambiance de sous-bois

J’ai une très grande attirance pour la forêt et son atmosphère feutrée, tant je m’y sens bien. Il n’y a rien de plus apaisant que ses lumières tamisées, ses bruits lointains et mystérieux… et ses parfums !
Par contre, rendre hommage à la forêt est un travail ardu, et néanmoins intéressant, pour la photographe que je suis. Malgré les apparences, la photographie d’un sous-bois, c’est gérer des contrastes extrêmes… il vous faut souvent choisir entre la lumière et l’obscurité.

Voici quelques images que j’ai réalisées cet été dans la forêt du Margériaz, la lumière estivale, donc plutôt verticale, forte et blanche, m’a posé quelques problèmes car elle n’était pas particulièrement jolie.

 
  

Vous inscrire pour suivre mes narrations photographiques

Vous souhaitez être notifié.e.s des nouveaux articles de ce blog ? Alors inscrivez-vous ! Je serai très heureuse de partager avec vous mes bonheurs visuels.

Pour l’inscription, c’est par ici >>> INSCRIPTION

Christine

La passion des nuages…

Ce matin, le spectacle des nuages s’étirant dans la vallée des Aillons était captivant.
Les contrastes étaient d’autant plus saisissants grâce aux premières couleurs d’automne, et la neige bien installée au sommet du Colombier.
C’était BEAU.

Premières neiges sur les Bauges

Cette année 2020 se distingue décidément par sa météo terriblement déroutante. Après un été caniculaire, septembre a commencé très chaudement… pour nous surprendre avec une chute spectaculaire des températures, et l’apparition des premières neiges le 26 septembre.

Et puis, le froid a aussi été accompagné de ciels menaçants, ceux que je préfère… voici quelques photos d’un joli rideau de pluie tombant sur Le Châtelard (photo prise depuis Jarsy).

Le Margeriaz, on ne s’en lasse pas !

Même s’il est sillonné de téléskis et de pistes, le mont Margériaz reste un lieu où j’aime me promener… cette montagne est unique et très photogénique, elle ne cesse de m’émerveiller par ses variations de paysages, ses trous, ses grottes, ses lapiaz et sa végétation.

Le Calendrier 2021 des Bauges est disponible !

Couverture du Calendrier 2021 des Bauges

Pour la 4e année consécutive, je vous propose un calendrier avec des photos des Bauges. Le prix est de 20 € (25 € si envoi par la Poste).

Pour pouvez l’acheter dès à présent, via un paiement Paypal :

 

 

Il est également disponible sur les points de vente suivants (liste qui va s’agrandir) :

 

Ambiances orageuses

Cet été, je m’essaye à la photo d’orages… et j’avoue que cela m’amuse beaucoup. Si ce genre photographique est très spécifique – la “chasse” à l’orage en elle-même mise à part – il est aussi très exaltant.
Quelle joie “d’attraper” la foudre !
Et quelles ambiances… j’adore ces atmosphères extraordinaires, apocalyptiques, peut-être plus encore que la foudre elle-même.

Marché des Créateurs à Jarsy

Avec la COVID 19, beaucoup d’évènements, marchés, foires… sont malheureusement annulés. Mais ce ne fut pas le cas pour le Marché des Créateurs ce dimanche 2 août, à Jarsy.
J’ai bien aimé cette jolie journée… à l’occasion de laquelle j’exposais dans l’église. Il y eut de belles rencontres, et quelques ventes. Visiblement, mon travail plaît ! cela me fait plaisir… et me rassure un peu, tout en m’indiquant que, peut-être, je suis sur la bonne voie.
Un grand merci à l’Association Saint Jean pour son organisation impeccable et son dynamisme !