Du “mauvais” temps

lumières de mauvais temps

Il est vrai qu’un paysage ensoleillé est naturellement attirant… on ne peut qu’aimer une beauté évidente, consensuelle, qui appelle à être admirée et montrée. La carte postale en est l’emblématique exemple… qui oserait en proposer avec un paysage pluvieux ?
Mais, pour moi, il est tout aussi satisfaisant d’obtenir une belle photo par temps nuageux et tourmenté, cette météo qui donne envie de rester à la maison, pelotonné près de la cheminée.
J’aime les lumières difficiles, celles qui se perçoivent à force d’attention.
Je préfère la délicatesse d’un rideau de pluie à la monotonie d’un ciel bleu.

Alors oui, je suis de plus en plus une photographe du “mauvais” temps .

Mon bonheur de photographe : être la tête levée au ciel, admirative de ses volutes… guettant ses délestages… scrutant ce qu’il cache et découvre… et parfois, il me récompense d’un rayon de soleil.

Christine Haas

Auteur : Christine Haas

Ô Capitaine

Laisser un commentaire